Baisse du Bitcoin : les arbres ne montent jamais jusqu’au ciel !

Le Bitcoin, cette cryptomonnaie qui constitue une vraie tendance lourde depuis 2015, a connu l’une des plus importantes baisses depuis sa création. L’engouement pour cette nouvelle monnaie “Digitale et Libertarienne” va-t-il finalement déboucher sur une bonne veille bulle spéculative ? Cela est fort probable.

Pour la première fois, en 2018, le Bitcoin commence l’année à la baisse pour chuter à 13 320 $ ; soit une baisse de 4,43% par rapport au 31 décembre 2017. Rappelons qu’à son lancement, en 2009, le Bitcoin ne valait que 0,001 $, il dépasse le cap de 1 $ en avril 2011 pour atteindre 1 000 $ en fin décembre 2013 et ne prendre ensuite son envol que récemment en septembre 2017 avec une valeur avoisinant les 5 000 $ ; et qui atteindra un pic de 17 900 $ en un temps record, le 15 décembre 2017.

Alors, face à cette volatilité et à la fragilité du cadre légal relatif aux cryptomonnaies, est-on en droit de parler d’une tendance de fond, d’une “révolution monétaire à la sauce digitale” ? Ou bien est-on tout simplement face à une “monnaie de singe” dont les envolées spéculatives ne sont exacerbées que par le phénomène de mode qu’elle constitue ?

A mon humble avis, ce n’est ni l’un ni l’autre, mais on devrait plutôt s’attendre à une appropriation des cryptomonnaies et de la technologie qui est derrière (le blockchain) par les autorités monétaires qui ont le droit régalien de battre monnaie. Cela est encore plus plausible quand on sait que l’anonymat permis par les cryptomonnaies soulève le risque d’utiliser ces dernières pour une multitude d’activités illégales sur Internet et que, hors de contrôle, le processus de circulation des cryptomonnaies – ou le “mining”* pour utiliser le terme approprié -, risque, à terme, de dériver vers une catastrophe écologique.

Aujourd’hui, l’écosystème du Bitcoin consomme à lui seul 0,12 % de la consommation électrique mondiale, soit un peu plus que le Nigéria ou le Sultanat d’Oman. Et, la plus simple des transactions en Bitcoins nécessite autant d’électricité que 8 ménages américains pendant une journée…

*Le Mining des cryptomonnaies est le processus par lequel les transactions sont vérifiées en ayant recours à des ressources matérielles qui doivent en continu procéder à des calculs et enregistrer les données dans la “chaîne de blocs”. Plus il y a de transactions, plus de ressources (ordinateurs, électricité…) sont sollicitées…